Victoire !

Roman élégiaque

Qu’est-ce qu’un roman élégiaque ? Qui exprime la mélancolie, selon Larousse.
Cette mélancolie du « Violoneux et de la Vieille fille » va, à jamais, bouleverser leur vie et donner un sens à cette lignée dont est issu l’auteur. « La Josaphat que j’ai découvert aux fiançailles de Chénéville fut pour moi plus qu’une révélation, un choc ! dira Victoire. L’amour unira à jamais frère et sœur !

Suite à la lecture des 6 volumes des Chroniques du Plateau Mont-Royal et des 9 volumes constituant la Diaspora des Desrosiers, on saisit bien que ces deux orphelins incestueux sont à l’origine de la lignée des Tremblay. Tant de personnages vivent dans cette œuvre magistrale, et telle que le souligne l’éditeur, «… cela n’a jamais été vraiment raconté, et cela devient un moment d’écriture de très haute intensité, transportée par la musique endiablée de l’interdit. »

« Rose, Violette et Mauve tricotaient … » Ces trois « tricoteuses de pattes de bébé » et leur mère Florence refont leur apparition dans Victoire ! pour notre bonheur. Elles observent le monde et ses bouleversements. Elles commentent les événements tout en jouant de la broche à tricoter. Elles ne sont que commentaires constituants l’âme de cette saga.
Dernière page, dernière phrase, dernière ligne : « Vous avez vu, maman ? Tout s’est bien passé. – Oui. Josaphat va rester. Vous pouvez vous remettre à vos tricots. »

Un extrait pour donner la couleur

Le jambon. J’en aurais mangé jusqu’au lendemain matin. Comment avais-je pu m’en passer si longtemps? Après sept années d’insipides soupes au barley – au couvent on m’aurait repris : de l’orge. Victoire, de l’orge – ou flottait de temps en temps un minuscule morceau de viande, mais jamais du porc, ordinairement du poulet fade bouilli trop longtemps et de petites portions de patate, le tout sans beurre et sans sel …cette viande filandreuse au goût si prononcé et si savoureux entouré de son succulent gras tout blanc m’a fait monter les larmes aux yeux ! (29)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
1898, au cœur des Laurentides. Après sept ans pas­sés au couvent, Victoire tourne le dos à la vie de reli­gieuse qui l’attendait et décide de rentrer à Duhamel pour retrouver son frère Josaphat, orphelin comme elle depuis le décès de leurs parents dans l’incendie de l’église du village. Dans cette élégie romanesque composée par Victoire, Michel Tremblay donne à entendre l’un de ses plus beaux hymnes à la vie, encore une fois porté par une voix de femme aux accents opératiques.

Car nous savons tous, maintenant que les secrets de famille ont été dévoilés bribe par bribe à travers La Diaspora des Desrosiers et Les Chroniques du Plateau-Mont-Royal, que de ces deux orphelins incestueux vont naître Albertine puis Gabriel, le mari de la Grosse Femme et le père de Jean-Marc, alias Michel Tremblay. Mais cela n’a jamais été vraiment raconté, et cela devient un moment d’écriture de très haute intensité, transporté par la musique endiablée de l’interdit.

 À propos de Michel Tremblay :
Rien à ajouter ! Tout a été dit sur ce grand dramaturge !

Titre : Victoire !
Auteur : Michel Tremblay
Éditions : Leméac
Date de parution :  Automne 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s